[./index.html]
[./histoire.html]
[./terroir_pauillac.html]
[./vignoble_composition.html]
[./vins.html]
[./presse.html]
[./chateau.html]
[./alienor.html]
[./infos.html]
[./version_anglaise/index.html]
[./famille_hier2b01.html]
[./famille_hier2b02.html]
[./famille_hier2b04.html]
[./famille_hier.html]
[./famille_presentation.html]
[./famille_aujourdhui.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Dès la fin des années trente, Robert Peyronie, négociant en produits viticole à Pauillac, entreprend de se constituer un vignoble à partir du cru de Mongrand Milon, qu’il tenait de la famille de son grand-père maternel, les Simon. A ce noyau, il adjoint des crus promis à la disparition car vendus aux enchères. Fonbadet, cédé par la Famille Estager qui le tenait de Bernard Coudert, Tour du Roc Milon, vendu par la famille Martet, puis Padarnac.

Par contre, Château Pauillac et Château Haut-Pauillac, autres crus des domaines Peyronie, seront acquis à la barre du tribunal bien plus tard, par Pierre, en 1971.

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, Robert Peyronie intensifie ses acquisitions de vignes et donne la marque de Fonbadet à ses meilleures cuvées. Lors des mémorables gelées de 1956, les vignobles de Château Fonbadet semblent avoir été épargnés par la nappe de gel grâce à leur altitude et à la proximité des masses d’eau de la Gironde, bénéfiques par leur effet thermique régulateur. Il en aurait fallu bien plus pour entamer la ténacité de Robert Peyronie.