[./famille_hier.html]
[./index.html]
[./famille_presentation.html]
[./famille_aujourdhui.html]
[./histoire.html]
[./terroir_pauillac.html]
[./vignoble_composition.html]
[./vins.html]
[./presse.html]
[./chateau.html]
[./alienor.html]
[./infos.html]
[./version_anglaise/index.html]
[./famille_hier2b02.html]
[./famille_hier2b04.html]
[./famille_hier2b.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Forgée au contact de Georges Mandel, cette ténacité fut aussi le ressort de sa vie politique. Car il fallait l’être, tenace, pour affronter les foules hostiles qui venaient aux meetings électoraux de Mandel pour lui porter la contradiction.
Car les chaudes campagnes électorales de Mandel faisait partie du folklore médocain de l’époque, hautes en couleurs et riches en affrontements, tout comme le personnage. En 1928, alors que Mandel était convaincu d’être battu, le tenace Robert Peyronie, après avoir compté et recompté les suffrages, devait lui apprendre sa victoire, courte mais certaine.

Avec Mandel, insomniaque, il fallait être toujours disponible, de jour comme de nuit, comme en 1917 lorsque Verdun menaçait de tomber. Quand Mandel devint ministre des Postes en 1934, il fit installer trois téléphones chez les Peyronie, un dans le bureau, un dans la chambre et un dans la cuisine. Ironie de l’histoire, ce fut sous son ministère que le standard téléphonique international de Vichy fut réalisé, innovation qui devait être à l’origine du choix de cette ville comme capitale de la France occupée.