[./alienor.html]
[./terroir_pauillac.html]
[./vignoble_composition.html]
[./vins.html]
[./presse.html]
[./chateau.html]
[./famille_presentation.html]
[./zoom_fr/medoc.html]
[./index.html]
[./xix_xxe.html]
[./histoire.html]
[./infos.html]
[./version_anglaise/index.html]
[./origines.html]
[./1855.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Après la Belle Epoque de 1900, la dernière édition du Féret avant la Guerre de 1914-1918 paraît en 1908, année de révoltes vigneronnes et de crise viticole.
Château Fonbadet, détenu par Bernard Coudert, est classé dans les premiers Crus Bourgeois Supérieurs de Pauillac. Quand la paix surviendra, rien ne sera plus jamais comme avant pour les vins de Bordeaux. la reprise sans lendemain du début des années 1920 s’évanouira notamment avec la prohibition aux U.S.A. puis la Crise de 1929. En 1932, Château Fonbadet sera classé Cru Bourgeois Supérieur de Médoc, confirmant ainsi son rang au sein des tous premiers crus non-classés en 1855 de Pauillac. Belle constance du Château Fonbadet à travers les siècles qu’il convient de souligner particulièrement, là où de nombreux autres crus historiques de Pauillac ont disparu, absorbés par les grands crus voisins.
Selon le Féret de 1868, du temps des veuves de Clarke et de Chancel, Fonbadet, désormais Cru Bourgeois, produisait 60 à 80 tonneaux. Après le décès de la veuve de Clarke, la veuve de Chancel devait se retrouver un moment seule propriétaire.
Sa succession échut à la famille de Larose. Comme de nombreuses vieilles familles nobles détentrices de vignobles avant la Révolution, les de Larose s’éclipsèrent devant l’offensive des maladies de la vigne.et œuvre alors à la renaissance du cru.
Reconstitué entre 1885 et 1898, le vignoble de Fonbadet comptera 30 hectares « d’un seul bloc », fait souligné par Féret Fils dans une notice spéciale accompagnant la 7ème édition du Féret (1898).